FrançaisOSH

A propos de l'épreuve

L’origine du marathon est basée sur la légende de Phidippidès. Il existe deux versions d’un tel exploit :

  • selon Hérodote, Philippidès parcourut environ 250 km en 36 heures pour rejoindre Sparte depuis Athènes et demander de l’aide. Cette course est à l’origine du Spartathlon.
  • selon Plutarque, le commandant des neuf mille Athéniens et des mille Platéens, Miltiade, aurait envoyé un certain Euclès prévenir Athènes de sa victoire après la bataille. Le jeune guerrier aurait parcouru la quarantaine de kilomètres séparant Marathon de la cité. Il meurt juste après avoir annoncé la victoire (« Nenikekamen ! », « nous sommes victorieux »), harassé par son parcours à travers monts sur environ 42 kilomètres.

Lucien de Samosate, rhéteur postérieur à Hérodote et à Plutarque semble avoir confondu ces deux anecdotes et Phidippidès est passé à la postérité pour avoir couru la distance Athènes-Marathon. L’épreuve du marathon s’appuie sur ce récit.

John A. Lucas, de l’Université de Pennsylvanie précise que Lucien est le seul auteur ancien à mentionner Phidippidès comme coursier de Marathon. Cela ferait de surcroît supposer qu’il ait fait le chemin d’Athènes à Sparte, puis qu’il se serait rendu à Marathon, pour enfin retourner à Athènes et y mourir d’épuisement.

C’est Michel Bréal, philologue, helléniste, qui réussit à convaincre son ami de Coubertin, d’abord réticent, d’inscrire la course du marathon aux JO.

La course a lieu le 10 avril. 17 athlètes (certaines sources parlent de 25) dont 13 Grecs s’élancent pour environ 40km sur un parcours primaire, dans des nuages de poussière soulevés par les chevaux des charrettes suiveuses.

Au passage des coureurs, des femmes se signent. A Pikermi, premier ravitaillement.  On sert du vin aux concurrents !!! Résultat: 2 coureurs s’écroulent.

Le Français Lermusiaux, l’Américain Blake et Teddy Flack de l’Australie, déjà vainqueur du 800 et du 1500 mètres, mènent la course. Mais tous 3 abandonnent victimes de la poussière et du soleil. A mi-course, Spyros (Spyridon) Louis, un berger grec, prend les devants et tient jusqu’au bout. Alors qu’il s’approche du stade, des messagers à vélo ou à cheval ont prévenu la foule en criant «Hellene! Hellène! (Un Grec! Un Grec!)», provoquant ainsi la frénésie dans la foule. La fierté olympique basée sur des millénaires de tradition est enfin mise à jour, alors que jusqu’ici la population locale était plutôt déçue par les résultats des athlètes grecs. Louis remporte la course en 2h58’50 et devient un héros, comblé de cadeaux et de richesses par de nombreux marchands grecs. Mais lui ne demande qu’une charrette pour l’aider à transporter son eau et redevient berger dans sa petite ville de Marousi. Il ne pourra plus participer à aucune course officielle. Ayant reçu trop de présents, il ne peut plus être considéré comme un amateur. 10 terminèrent l’épreuve dont 9 Grecs. 9 seulement furent classés. Le Hongrois Kellner, dont le fils participa également aux JO en saut en hauteur en 1928, termina 3ème après la disqualification de Belokas. Il était monté dans un chariot. C’est le premier tricheur des JO de l’ère moderne.

Alors que la participation des femmes aux jeux est interdite, Stamata Revíthi, une Grecque de 30 ans, annonce qu’elle va courir le marathon sur le même parcours le lendemain de la course officielle des hommes. Malheureusement, elle est obligée de s’arrêter peu avant la fin de la course après cinq heures trente d’efforts n’étant pas autorisée à pénétrer sur le stade.
Si Spyridon Louis reste une légende dans son pays jusqu’à sa mort, on ne le revit à l’étranger qu’en 1936 pour les JO de Berlin lorsque vêtu en fustanelle et gilet brodé, porteur du drapeau national, il pris part au relais olympique. Il monta également à la tribune d’Hitler pour lui remettre un plant d’olivier. Il meurt le 25 mars 1940 d’une crise cardiaque et a des obsèques nationales.

Extrait de la lettre de Albin Lermusiaux après les Jeux:

« (…) Nous avions passé la nuit précédant le départ à Marathon même. Un officiel nous avait réunis dans la soirée pour nous dire, d’un ton sinistre et important, que notre décision n’avait rien d’irrévocable. Cet officiel ajouta qu’on prévoyait pour le lendemain une chaleur caniculaire et qu’il y aurait des risques certains pour ceux qui étaient de constitution trop fragile. Nous fûmes même examinés par les docteurs : au contraire de ce que l’on pourrait croire, cette précaution n’était pas faite pour nous rassurer. Après une nuit sans doute peuplée de cauchemars, une dizaine de concurrents renoncèrent à s’aligner à cette épreuve. L’épouvante gagnait ! (…) »

3 mois après son abandon, devant un parterre de belles dames froufroutantes et de dignes messieurs à cols durs et canotiers, Lermusiaux remporte le 1500m en 4’10’’ 2/5, record du Monde. Aux Jeux d’Athènes, alors qu’il mène la majeure partie de la course, il est dépassé dans la dernière ligne droite par Teddy Flack et Arthur Blake, ses adversaires du marathon et termine troisième en 4 min 37 s, preuve de la très mauvaise qualité de la piste grecque. 

Classement

PlaceNomPrénomPaysPerformance
1LOUISSPYRIDONGRE2h58'50
2VASILAKOSKHARILAOSGRE3h06'03
3KELLNERGYULAHON3h06'35
-FLACKTEDDYAUSDNF
-LERMUSIAUXALBINFRADNF
-BLAKEARTHUR C.USADNF
-BELOKASSPYRIDONGRE3h06'30 DSQ

Vidéo de l'épreuve

Pas de vidéos ni de photos de la course en elle-même mais quelques clichés post-marathon montrant les honneurs et le triomphe de Spyridon Louis.